Éternelles nuits.

Pensez... les fleurs du mal, Cette tendresse infernale. Au cœur de la nuit, pensez, Cette douceur qui nuit. Noir ou rouge, rouge ou noir, Dans l'étreinte final, il n'y a plus rien que l'on ne puisse boire. Quand la lumière laisse place à la beauté qu'elle n'est pas, Il n'est plus utile de voir, ce... Lire la Suite →

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :